Marie Moscovici, L’Ombre de l’objet. Sur l’inactualité de la psychanalyse

La psychanalyse, dit-on, serait sur le déclin. Comme si, cinquante ans après la mort de Freud, l’essentiel de son message avait fait son temps. La communauté elle-même est ébranlée : certains ne rêvent-ils pas d’une psychanalyse sans analyse, d’où l’inconscient, enfin, serait évacué ?

« L’ombre de l’objet est tombée sur le moi », écrit Freud pour qualifier la mélancolie. La mélancolie dont il est ici question est celle d’une génération d’orphelins qui ne parvient pas à endosser l’héritage des fondateurs. Relisant Freud et Winnicott, Marie Moscovici laisse apparaître en filigrane l’espace occupé par Lacan dans l’état d’esprit des psychanalystes de tous bords.

janvier 1990, 160 p. — EAN 9782020114738