Michelle Perrot, Histoire de chambres

Bien des chemins mènent à la chambre : le sommeil, l’amour, la méditation, Dieu, le sexe, la lecture, la réclusion, voulue ou subie. De l’accouchement à l’agonie, elle est le théâtre de l’existence, là où le corps dévêtu, nu, las, désirant, s’abandonne. On y passe près de la moitié de sa vie, la plus charnelle, celle de l’insomnie, des pensées vagabondes, du rêve, fenêtre sur l’inconscient, sinon sur l’au-delà.

La chambre est une boîte, réelle et imaginaire. Quatre murs, plafond, plancher, porte, fenêtre structurent sa matérialité. Ses dimensions, son décor varient selon les époques et les milieux sociaux. De l’Antiquité à nos jours, Michelle Perrot esquisse une généalogie de la chambre, creuset de la culture occidentale, et explore quelques-unes de ses formes, traversées par le temps : la chambre du Roi (Louis XIV à Versailles), la chambre d’hôtel, du garni au palace, la chambre conjugale, la chambre d’enfant, celle de la jeune fille, des domestiques, ou encore du malade et du mourant. Puis les diverses chambres solitaires : la cellule du religieux, celle de la prison ; la chambre de l’étudiant, de l’écrivain.

Nid et nœud, la chambre est un tissu de secrets. Dans ce livre, Michelle Perrot contribue à l’histoire des Chambres. Nuit et jour.

464 p., septembre 2009 — EAN 9782020892797
Prix Femina Essais 2009

Télérama, entretien de Gilles Heuré avec Michelle Perrot, 4 décembre 2009 : « Avec Histoire de chambres, prix Femina de l’essai 2009, Michelle Perrot, spécialiste du mouvement ouvrier et de l’histoire des femmes, pénètre dans la chambre du roi et aussi dans celles des enfants, des malades, des couples, dans les chambrées ou les huis clos. Chambres de désir, de chagrin, de silence. C’est tout l’univers de l’intime que l’historienne étudie ainsi, celui des chambres solennelles ou des grabats miséreux. Un livre comme une chambre d’hôte. »

La Grande Librairie, France 5, 23 avril 2020 :

En 2009, Michelle Perrot publiait Histoire de chambres aux éditions du Seuil. L’historienne explique que la chambre est devenue le lieu de l’intimité au fil du temps. Si elle devait rajouter un chapitre à cette histoire qui se déroulerait lors du premier trimestre 2020, elle opterait pour une enquête dans les chambres confinées. « L’espace introduit des différences fondamentales dans la manière dont nous vivons », affirme l’historienne.