Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique

Penser l’avenir des sociétés numériques avec les outils de nos traditions humanistes : tel est l’ambition de ce livre. Mais comment créer un humanisme numérique qui aurait intégré les exigences de nouveaux supports que rien ne permet de fixer dans l’espace ni de stabiliser dans le temps ?
Malgré une forte composante technique, qu’il faut interroger et sans cesse surveiller car elle est l’agent d’une volonté économique, le numérique est devenu une « civilisation ». En effet, le numérique modifie nos regards sur les objets, les relations et les valeurs.

Claude Lévi-Strauss a reconnu « trois humanismes » dans l’histoire de l’Occident : un humanisme aristocratique de la Renaissance, un humanisme bourgeois et exotique du XIXe siècle et un humanisme démocratique du XXe siècle. Dans ce livre, Milad Doueihi propose un « quatrième humanisme » numérique, celui de ce siècle débutant.

Cet essai ouvre à la compréhension des nouvelles compétences, techniques et culturelles, de notre avenir virtuel.

septembre 2011, 192 pages — EAN 9782021000894

Jean-Marie Durand, Le numérique, un nouvel âge de l’humanité, Les Inrockuptibles, 2 octobre 2011 : « En modifiant les notions de territoire et d’habitat, la culture numérique invente un nouveau paradigme. Elle incarne « le triomphe de l’espace hybride, du passage continuel entre le réel et le virtuel, entre le concret et l’imaginaire« . Cette nouvelle hybridation touche autant à la fragmentation des savoirs qu’à leur anthologisation, mais dialogue aussi avec les discours « transhumanistes« . Tout en rappelant que le droit à l’oubli reste la faille de la culture numérique, Milad Doueihi salue cette extension inédite de l’humanisme définie par les notions clés d’échange, de partage, de circulation et de visibilité. Nous serions ainsi devenus des flâneurs dans des espaces hybrides, à l’image de « l’homme variable » de Philip K. Dick, prophète du monde numérique. (…) »

Philippe Aigrain, Le numérique : une nouvelle manière de faire société ?, NonFiction.fr, 24 octobre 2011 : « Avec Pour un humanisme numérique, Milad Doueihi poursuit son exploration des cultures numériques entamée en 2008 avec La grande conversion numérique.

L’approche de Milad Doueihi est d’une profonde originalité, puisqu’il aborde l’univers numérique avec une boîte à outils que lui seul peut réunir. Historien des religions, il identifie dans les cultures numériques, des pratiques de soi, des règles de civilité et des affrontements sur des sujets dont l’importance ne semble compréhensible qu’aux adeptes d’étranges doctrines. Tous aspects qui lui font affirmer   que les cultures numériques jouent dans nos sociétés des rôles semblables à ceux qu’ont joué ou que jouent encore les religions dans d’autres contextes. Historien et connaisseur de l’outillage des pratiques lettrées, de l’antiquité à l’âge classique, il analyse les pratiques numériques et leurs outils à cette lumière. Enfin, praticien et expert de l’informatique et d’Internet, il feint de les aborder comme des territoires inconnus, notant tout ce qui s’y présente à la perception et à l’analyse. Cela nous donne un livre où l’auteur peut analyser les liens « d’amitié » sur Facebook en les comparant aux définitions que donnent de l’amitié Aristote, Cicéron et Francis Bacon, et le rôle essentiel des dispositifs narratifs et de la mémorisation universelle dans les cultures numériques à la lumière d’auteurs de science-fiction comme Philip K. Dick et Frank Herbert. Muni de cet outillage éclectique, Milad Doueihi poursuit de front un double programme, d’anthropologie sociale et de philosophie politique du numérique. (…) »