Gérard Mordillat, Bertrand Rothé, Les lois du capital

L’économie sidère. Pour le citoyen ou la citoyenne, elle est réputée si dangereuse qu’on n’ose l’affronter. Seuls des experts auto-désignés prétendent pouvoir le faire. Ils tiennent le public à distance en créant une infranchissable barrière de sécurité derrière un jargon compris d’eux seuls.

C’est pourquoi trop souvent l’économie ne se discute pas, elle s’impose à nous. C’est ce que veulent nous faire croire la plupart des « voix » dans les médias et chez les responsables politiques. Mettant en lumière les concepts fondamentaux de l’économie : le travail, l’emploi, le salaire, le capital, le profit, le marché, Les Lois du capital prouve que l’on peut parfaitement débattre de ce sujet qui gouverne nos existences quotidiennes.

Serait-il temps de tout changer ? Le système néolibéral qui régit notre société arriverait-il à son terme ? Serions-nous à un moment critique où, comme l’écrivait Gramsci : « le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître » ?

Gérard Mordillat est écrivain et cinéaste, co-auteur, entre autres, de la célèbre série Corpus Christi et de l’ouvrage Jésus
contre Jésus.

Bertrand Rothé est agrégé d’économie et enseigne à l’université de Cergy-Pontoise. Il collabore régulièrement à Marianne
et est l’auteur de nombreux ouvrages.

Ensemble ils ont co-écrit Il n’y a pas d’alternative (Seuil, 2011) mais, avant toute chose, l’un comme l’autre sont d’abord des
lecteurs.

octobre 2019, 256 pages — EAN 9782021432091

Libération, Christophe Alix, 15 octobre 2019 : « Dans une série fleuve diffusée sur Arte — « Travail, salaire, profit » — et réalisée à partir d’entretiens avec 21 chercheurs du monde entier, le cinéaste Gérard Mordillat accompagné de l’économiste Bertrand Rothé revisitent, en les bousculant, les grands concepts fondamentaux qui structurent l’économie capitaliste. (…) Pour prolonger sous une autre forme ce travail documentaire choral, un livre des mêmes auteurs (Les lois du capital, éd.Seuil) accompagne la sortie de cette série événement ».

L’Humanité, 10 octobre 2019, entretien avec Gérard Mordillat.