Maurice Olender, Race sans histoire

Toute communauté a une histoire qui se transforme au fil du temps. Raciser une population, c’est l’enfermer dans un passé sans présent ni avenir : l’assigner à être une Race sans histoire.

Les groupes qualifiés de « races » sont désignés comme les immobiles de l’histoire : incapables du moindre changement social, religieux, économique, politique. À ceux qu’on enferme ainsi dans « une race », cercle magique dont on ne peut sortir, on assène : « Vous, vous êtes toujours les mêmes ».

Au temps de la colonisation, les sciences du XIXe et de la première moitié du XXe siècle ont pensé, classé, hiérarchisé et légitimé « les races humaines. »

En même temps que cette nouvelle édition française, enrichie de chapitres inédits, cet ouvrage paraît sous le titre Race and Erudition aux États-Unis (Harvard University Press). Ce livre a été couronné par le prix Roger Caillois de l’essai.

400 p., février 2018 (mai 2009), EAN 9782757806852

 

Généalogie du livre :

Race sans histoire a donné lieu à deux traductions qui sont en réalité deux déclinaisons différentes de ce titre :

Race and Erudition, Harvard University Press, en 2009 – version abrégée du livre

• et Razza e Destino, Bompiani, 2014 – version complète de Race sans histoire, augmentée d’un chapitre inédit en français portant notamment sur les Cahiers noirs de Heidegger (p. 7-78).

Mais c’est un quatrième titre qui a donné naissance à ces trois livres : La Chasse aux évidences. Sur quelques formes de racisme entre mythe et histoire (1978-2005), publié aux éditions Galaade en 2005. Ce titre est désormais épuisé et Race sans histoire (Points, 2009) propose une édition modifiée et augmentée de cet ancien volume.

Sur les traductions du livre, consulter cette page du site.