Lydia Flem, Paris Fantasme

Fascinée par une ruelle, née il y a cinq cents ans entre la place Saint-Sulpice et le jardin du Luxembourg, j’ai cherché à découvrir celles et ceux qui y ont vécu de siècle en siècle, de numéro en numéro, d’étage en étage, depuis 1518. La rue Férou est devenue le lieu d’une question existentielle : qu’est-ce qui donne le sentiment d’être chez soi quelque part ? D’habiter tout à la fois son corps, sa maison et le monde ?
Je me suis glissée dans la peau d’un photographe du XIXe siècle et d’une comédienne de la Comédie-Française au XVIIe, j’ai accompagné Man Ray dans son atelier, Mme de La Fayette dans sa maison d’enfance ou des religieuses dans leur couvent. Comme une psychanalyste prête à tout entendre, à tout écouter, sans choisir ni trier, j’ai ouvert ma porte aux voix du passé.

Sous la rue Férou, j’ai découvert ma rue Férou, hantée par le cortège de celles et ceux qui n’ont pas d’autres traces pour dire leur passage sur cette terre que des listes de noms.


Singulière ruelle qui s’absente à ses deux bouts. Ses pierres recèlent des trésors d’histoires, de légendes, de questions sans réponses et de réponses sans questions.


Une rue, dix maisons, cent romans.


Paris Fantasme.

Lydia Flem

4 mars 2021 – 544 pages
EAN 9782021470031

 

Sur le site de Lydia Flem, retrouvez les sources du livre et tout un dossier Paris Fantasme.

France culture, « La Grande Table », 8 avril 2021, « Lydia Flem et le génie de la rue Férou à Paris« .

♦ « L’écrivaine arpente la petite voie parisienne d’un immeuble à l’autre, d’hier à aujourd’hui, s’y cherche et s’y retrouve aussi. Un livre qui ouvre toutes les portes (…) qui revendique sa fantaisie de composition » dans un « foisonnement formel » qui est une « réponse un défi formidable, littéraire et métaphysique », Fabrice Gabriel, une du Monde des Livres, 19 mars 2021.

♦ « L’autrice belge reconstitue toute l’histoire de la petite rue Férou, rive gauche, et de ses habitant·es, dont Man Ray ou madame de Lafayette. Paris Fantasme est une mine de récits qui se mêlent à sa vie. Un livre inclassable », Nelly Kaprièlian, Les Inrocks, 17 mars 2021.

« Un livre magnifique vient d’être publié qui montre que tout ce qui est humain mérite d’être décortiqué, contemplé, analysé, célébré », Chronique de Bruno Frappat, La Croix, 5 mars 2021.

♦ « Paris Fantasme tient de ce que la littérature peut produire de plus fort, de Balzac à Perec, de Benjamin à Kafka. Ce livre les convoque, il est tout cela et tout à fait autre, (nous) échappant toujours, s’étirant comme un « ruban de Möbius » urbain, sous l’œil d’une sismographe », Christine Marcandier, Diacritik  mars 2021.

♦ « Ce Paris Fantasme d’une érudition prodigieuse, d’une forme littéraire hybride (autofiction, journal, récit…) et aussi très personnel », Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo, mars 2021.

♦ « Mêlant brillamment les genres, l’écrivaine, psychanalyste et photographe convoque les êtres qui, de siècle en siècle, ont forgé l’âme de la rue Férou » Fabienne Pascaud dans Télérama.
Les Inrockuptibles, 17 mars 2021
Télérama
Livres Hebdo

 

Paris Fantasme, Booklet
« Un livre qui revendique sa fantaisie de composition » dans un « foisonnement formel » qui est une « réponse un défi formidable, littéraire et métaphysique » (Fabrice Gabriel, Le Monde des Livres)