La Librairie du XXe siècle, 1993

Italo Calvino, Pourquoi lire les classiques ?, 1993.

Italo Calvino, La Machine littérature, traduit par Michel Orcel et François Wahl, janvier 1993.

Antoine Compagnon, Chat en poche. Montaigne et l’allégorie, janvier 1993.

Rachel Ertel, Dans la langue de personne. Poésie yiddish de l’anéantissement, avril 1993.

Patrice Loraux, Le Tempo de la pensée, septembre 1993.

Georges Perec, Le Voyage d’hiver, octobre 1993.

Jean Pouillon, Le Cru et le Su, mars 1993.

Jacques Rancière, Les Noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, janvier 1993.

Rachel Ertel, Dans la langue de personne. Poésie yiddish de l’anéantissement

Itzhak Schipper, mort à Maïdanek en 1943, confiait à Alexandre Donat : « Tout ce que nous savons des peuples assassinés est ce que leurs assassins ont bien voulu en dire. Si nos assassins remportent la victoire, si ce sont eux qui écrivent l’histoire […] ils peuvent nous gommer de la mémoire du monde […]. Mais si c’est nous qui écrivons l’histoire de cette période de larmes et de sang – et je suis persuadé que nous le ferons – qui nous croira ? Personne ne voudra nous croire, parce que notre désastre est le désastre du monde civilisé dans sa totalité. » Lire la suite

Le Genre humain 1988/3 : Politiques de l’oubli (n° 18)

Lire la suite