Poétique anamorphique dans l’œuvre photolittéraire de Lydia Flem

La Reine Rouge, 12 mars 2009. Courtesy Galerie Françoise Paviot (photo reproduite dans l’édition 2011 de La Reine Alice au Seuil).

 

« Ce n’est pas la mort que Lydia Flem a cachée dans un coin de ses anamorphoses photolittéraires, mais bien la rage de vivre » : Servanne Monjour consacre un très bel article aux « forces obliques » à l’œuvre dans le travail photolittéraire de Lydia Flem. Paru dans la revue Itinéraires (2020/1), il est accessible en ligne en suivant ce lien. Lire la suite

Le Genre humain 1992/1 : Fini & infini (n° 24-25)

Lire la suite