Jacques Roubaud

Jacques Roubaud, 2017 (© Christine Marcandier)


Jacques Roubaud est né en 1932 à Caluire, dans le Rhône. Il se définit lui-même comme compositeur en poésie et retraité en mathématiques. Il a publié de la poésie, de la prose, du théâtre et des écrits de théorie littéraire.

Poétique. Remarques. Poésie, mémoire, nombre, temps, rythme, contrainte, forme, etc., avril 2016.

Peut-être ou La Nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque, janvier 2018. Lire la suite

La Librairie du XXIe siècle, 2018

 

Sylviane Agacinski, Le Tiers-corps, réflexions sur le don d’organes, mars 2018.

Daniele Del Giudice, Le Stade de Wimbledon, traduit de l’italien par René de Ceccatty, mai 2018.

Lydia Flem, La Vie quotidienne de Freud et de ses patients, préface de Fethi Benslama, avril 2018.

Ivan Jablonka, En camping-car, janvier 2018.

Claude Lévi-Strauss, Roman Jacobson, Correspondance. 1942-1982, préfacé, édité et annoté par Emmanuelle Loyer et Patrice Maniglier, 2018.

Vincent Peillon, Liberté, égalité, fraternité. Sur le républicanisme français, mars 2018.

Michelle Perrot, George Sand à Nohant. Une maison d’artiste, août 2018.

Jérôme Prieur, La Moustache du soldat inconnu, septembre 2018.

Jacques Roubaud, Peut-être ou La Nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque, janvier 2018.

Jean Schwoebel, La Presse, le pouvoir et l’argent (nouvelle édition revue et augmentée), préface de Paul Ricoeur, avant-Propos d’Edwy Plenel, mars 2018.

Rencontre Po&sie, Maison de l’Amérique latine, 2 mai 2018

Soirée « Coïncidences » à la Maison de l’Amérique Latine, le 2 mai 2018, autour de la revue Po&sie, à l’occasion de la parution des numéros 160/161 et 162 de la revue Po&sie : Trans Europe Éclairs 1 et 2. Une soirée à retrouver en intégralité en vidéo. Lire la suite

Jacques Roubaud, 5 mars 2018

À l’occasion de la parution de Peut-être ou La Nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque, dans « La Librairie du XXIe siècle », rencontre avec Jacques Roubaud, Maison de l’Amérique Latine, 5 mars 2018, dans le cadre des soirées « Coïncidences » organisées par Maurice Olender et François Vitrani. Avec Jacques de Decker, Florence Delay, Christine Marcandier et Martin Rueff. Lire la suite

Jacques Roubaud, Peut-être ou La Nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque

Quand ma sœur est née, j’avais un peu moins de quatre ans. On me demanda si j’étais content. Je répondis (ai-je appris) que je m’étais déclaré content « d’avoir une tortue et une petite sœur ». Rien que d’assez banal. Lire la suite

La Librairie du XXIe siècle, 2016

Esteban Buch, Trauermarsch, L’Orchestre de Paris dans l’Argentine de la dictature, octobre 2016.

Hubert Damisch, La Ruse du tableau. La peinture ou ce qu’il en reste, septembre 2016.

Donatella Di Cesare, Heidegger, les Juifs, la Shoah. Les Cahiers noirs, février 2016.

Lydia Flem, Je me souviens de l’imperméable rouge que je portais l’été de mes vingt ans, mars 2016.

Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes, août 2016.

Claude Lévi-Strauss, Le Père Noël supplicié, novembre 2016.

Georges Perec, L’Attentat de Sarajevo, mai 2016.

Paul-André Rosental, Destins de l’eugénisme, janvier 2016.

Jacques Roubaud, Poétique. Remarques. Poésie, mémoire, nombre, temps, rythme, contrainte, forme, etc., avril 2016.

Ida Vitale, Ni plus ni moins, traduit par François Maspero et Silvia Baron Supervielle, mai 2016.

Hélène Giannecchini, Une image peut-être vraie. Alix Cléo Roubaud

L’existence d’Alix Cléo Roubaud (1952-1983) fut d’une exceptionnelle intensité. Photographe, écrivain, complice de son époux Jacques Roubaud, amie du cinéaste Jean Eustache, elle a laissé une œuvre intime et profonde.

Après les trente ans qui ont suivi sa brusque disparition, ses photographies sont désormais conservées et exposées dans de grands musées. Mais un pan entier de son travail d’écrivain demeurait oublié.

Lire la suite

Georges Perec / Oulipo : Le Voyage d’hiver et ses suites

Georges Perec / Oulipo : Le Voyage d’hiver et ses suites

C’est en 1979 que Georges Perec publia pour la première fois une brève nouvelle qui avait pour titre Le Voyage d’hiver reprise ensuite dans « La Librairie du XXe siècle ». Perec y racontait la découverte, par un jeune professeur de lettres, d’un fascinant volume, intitulé précisément Le Voyage d’hiver, qui modifie du tout au tout le regard que l’on peut porter sur les poètes français de la fin du XIXe siècle : ceux-ci apparaissent tous comme tributaires de l’œuvre d’un auteur aussi génial que méconnu, Hugo Vernier. Lire la suite

Le Genre humain 1999/1 : Lumières sur la ville (n° 34)

Lire la suite