Lydia Flem

Lydia Flem dans « La Librairie du XXIe siècle »

L’homme Freud. Une biographie intellectuelle, septembre 1991.

Casanova ou l’exercice du bonheur, mai

La Voix des amants, septembre 2002.

Comment j’ai vidé la maison de mes parents, mai 2004.

Panique, mars 2005.

Lettres d’amour en héritage, octobre 2006.

Comment je me suis séparée de ma fille et de mon quasi-fils, février 2009.

La Reine Alice, février 2011.

Discours de réception à l’académie royale de Belgique, mars 2011.

Je me souviens de l’imperméable rouge que je portais l’été de mes vingt ans, mars 2016.

La Vie quotidienne de Freud et de ses patients, préface de Fethi Benslama, avril 2018. Lire la suite

Claude Lévi-Strauss

Professeur au Collège de France, Claude Lévi-Strauss est né à Bruxelles le 28 novembre 1908 et mort à Paris le 30 octobre 2009. Son œuvre est traduite en une trentaine de langues.

 

L’Anthropologie face aux problèmes du monde moderne, mars 2011.

L’autre face de la lune. Écrits sur le Japon, préface Junzo Kawada, avril 2011.

Nous sommes tous des cannibales, mars 2013.

« Chers tous deux ». Lettres à ses parents. 1931-1942, septembre 2015.

Le Père Noël supplicié, novembre 2016.

Claude Lévi-Strauss. Roman Jakobson, Correspondance. 1942-1982, préfacé, édité et annoté par Emmanuelle Loyer et Patrice Maniglier, mai 2018.

Anthropologie structurale zéro, édité et préfacé par Vincent Debaene, septembre 2019.

Dans un entretien avec Fabrice Piault (Livres Hebdo n° 835, 1er octobre 2010) Maurice Olender commente la publication dans « La Librairie du XXIe siècle » de deux inédits de Claude Lévi-Strauss : « Ce sont deux ouvrages très différents. La face cachée de la lune réunit ses écrits sur le Japon, dont on sait combien l’art et la civilisation ont compté pour lui. Ce volume sera illustré de photos inédites prises au Japon par Junzo Kawada, son traducteur, qui préface le volume. L’autre livre se compose de trois chapitres écrits par Claude Lévi-Strauss, trois conférences faites en 1986, à Tokyo, à la Fondation Ishizaka. Pour cet ensemble, Claude Lévi-Strauss avait choisi comme titre L’anthropologie face aux problèmes modernes. Puisant librement dans ses écrits, relisant tel ou tel texte qui l’ont rendu célèbre pour son anthropologie structurale, reprenant un grand nombre de questions de société qui n’ont cessé de le tracasser, notamment les liens entre race, histoire et culture, Claude Lévi-Strauss livre alors, dans une langue destinée à un large public, sa vision d’un monde sur le point d’entrer dans le XXIe siècle. Ce volume n’est pas destiné aux spécialistes. De nombreux lecteurs de Claude Lévi-Strauss y retrouveront avec bonheur les grandes questions qui sous-tendent ses travaux. Proposant de considérer l’anthropologie comme un nouvel « humanisme démocratique », il restera sans doute la meilleure initiation sinon à l’œuvre, du moins à la pensée de Lévi-Strauss. Autrement dit, la meilleure introduction pour les étudiants et les jeunes générations à la vision du monde de Claude Lévi-Strauss ». (L’ensemble de cet entretien peut être téléchargé ici en pdf)

Jacques Roubaud

Jacques Roubaud, 2017 (© Christine Marcandier)


Jacques Roubaud est né en 1932 à Caluire, dans le Rhône. Il se définit lui-même comme compositeur en poésie et retraité en mathématiques. Il a publié de la poésie, de la prose, du théâtre et des écrits de théorie littéraire.

Poétique. Remarques. Poésie, mémoire, nombre, temps, rythme, contrainte, forme, etc., avril 2016.

Peut-être ou La Nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque, janvier 2018. Lire la suite

La Librairie du XXIe siècle, 2018

 

Sylviane Agacinski, Le Tiers-corps, réflexions sur le don d’organes, mars 2018.

Daniele Del Giudice, Le Stade de Wimbledon, traduit de l’italien par René de Ceccatty, mai 2018.

Lydia Flem, La Vie quotidienne de Freud et de ses patients, préface de Fethi Benslama, avril 2018.

Ivan Jablonka, En camping-car, janvier 2018.

Claude Lévi-Strauss, Roman Jacobson, Correspondance. 1942-1982, préfacé, édité et annoté par Emmanuelle Loyer et Patrice Maniglier, 2018.

Vincent Peillon, Liberté, égalité, fraternité. Sur le républicanisme français, mars 2018.

Michelle Perrot, George Sand à Nohant. Une maison d’artiste, août 2018.

Jérôme Prieur, La Moustache du soldat inconnu, septembre 2018.

Jacques Roubaud, Peut-être ou La Nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque, janvier 2018.

Jean Schwoebel, La Presse, le pouvoir et l’argent (nouvelle édition revue et augmentée), préface de Paul Ricoeur, avant-Propos d’Edwy Plenel, mars 2018.

Michel Pastoureau


L’étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, 1991 et 2018.

Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, février 2004.

L’Ours. Histoire d’un roi déchu, janvier 2007.

Les couleurs de nos souvenirs, septembre 2019. Prix Medicis Essais 2010.

Le Roi tué par un cochon. Une mort infâme aux origines des emblèmes de France ?, septembre 2015.

Une couleur ne vient jamais seule. Journal chromatique. 2012-2016, octobre 2017.

Jérôme Prieur

Jérôme Prieur est écrivain et cinéaste. Il a également publié au Seuil, édité par Maurice Olender, Jésus selon Mahomet, avec Gérard Mordillat, en 2015.

Roman noir, octobre 2006.

Rendez-vous dans une autre vie, mars 2010

La Moustache du soldat inconnu, septembre 2018.

Michelle Perrot

Michelle Perrot, historienne, professeure émérite des Universités, a codirigé, avec Georges Duby, les cinq volumes de l’Histoire des femmes en Occident, Plon, 1991-1992 (Perrin, coll. « Tempus », 2002). Parmi ses nombreuses publications : Les Femmes ou les silences de l’Histoire, Flammarion, 1998 et Mon histoire des femmes, Seuil/France-Culture, 2006. En 2019, un volume « Bouquin », Le Chemin des femmes, rassemble nombre de ses publications. Dans « La Librairie du XXIe siècle », Michelle Perrot a publié :

Histoire de chambres, septembre 2009.

George Sand à Nohant. Une maison d’artiste, août 2018.

Daniele Del Giudice

Quand l’ombre se détache du sol, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, avril 1996.

L’Oreille absolue, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, février 1998.

Dans le musée de Reims, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, septembre 2003.

Horizon mobile, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, mars 2010.

Marchands de temps, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, avril 2012.

Le Stade de Wimbledon, traduit de l’italien par René de Ceccatty, mai 2018. Lire la suite