Georges Perec, L’Attentat de Sarajevo

1957. Georges Perec a vingt-et-un ans. Il est un étudiant (en histoire) qui n’étudie plus. Il voudrait écrire, n’y parvient guère. En juin 1956, il commence une psychanalyse. Fin juillet 1957, il part pour la Yougoslavie. Le 8 septembre, à peine revenu, il rédige dans l’urgence un roman tout imprégné de son expérience yougoslave, L’Attentat de Sarajevo. C’est un galop d’essai mené au galop. Lire la suite

Georges Perec / Oulipo : Le Voyage d’hiver et ses suites

Georges Perec / Oulipo : Le Voyage d’hiver et ses suites

C’est en 1979 que Georges Perec publia pour la première fois une brève nouvelle qui avait pour titre Le Voyage d’hiver reprise ensuite dans « La Librairie du XXe siècle ». Perec y racontait la découverte, par un jeune professeur de lettres, d’un fascinant volume, intitulé précisément Le Voyage d’hiver, qui modifie du tout au tout le regard que l’on peut porter sur les poètes français de la fin du XIXe siècle : ceux-ci apparaissent tous comme tributaires de l’œuvre d’un auteur aussi génial que méconnu, Hugo Vernier. Lire la suite

Georges Perec, Le Condottière

Du Condottière, Perec dit qu’il est « le premier roman abouti » qu’il parvint à écrire. Plus d’un demi-siècle après sa rédaction (1957-1960), trente ans après la mort de Perec, le 3 mars 1982, on va pouvoir enfin découvrir cette œuvre de jeunesse, égarée puis miraculeusement retrouvée. Lire la suite

Quelques archives Perec, extraites du Fonds Maurice Olender IMEC

Quelques archives Perec, extraites du Fonds Maurice Olender IMEC

Quelques archives Perec, extraites du Fonds Maurice Olender IMEC, ont fait l’objet d’une publication dans le numéro n° 993-994 de la revue Europe (janvier/février 2012 dont Le sommaire peut être téléchargé en pdf à cette adresse). Elles rythmaient l’entretien de Maurice Olender avec Maxime Decout (« Quelques minutes d’une rencontre »).
Sur Perec, lire dans Singulier Pluriel de Maurice Olender (Seuil, 2020), le chapitre « Dans l’atelier posthume de Georges Perec » (p. 133-157)
Lire la suite

Georges Perec, Beaux présents, Belles absentes

Hommage personnel, écrit de circonstance, contrainte littérale : trois grandes traditions de la poésie occidentale se rejoignent dans ces Beaux présents, qui explorent de façon variée les potentialités littéraires d’alphabets restreints et poursuivent les recherches inaugurées en 1969 par Georges Perec avec son roman sans e, La Disparition. Lire la suite

Georges Perec, Un cabinet d’amateur

Notre éminent concitoyen Hermann Raffke, de Lübeck, n’est pas seulement célèbre pour l’excellente qualité de la bière qu’il brasse avec succès dans nos murs depuis bientôt cinquante ans ; il est aussi un amateur d’art éclairé et dynamique, bien connu des cimaises et des ateliers des deux côtés de l’Océan. Lire la suite

Georges Perec, Le Voyage d’hiver

Georges Perec, Le Voyage d’hiver

Le Voyage d’hiver, une brève nouvelle de Georges Perec, plonge le lecteur dans l’étrange aventure de Vincent Degraël, un jeune professeur de lettres qui fait une découverte bouleversant toutes les certitudes acquises à propos de la littérature française du XIXe siècle. Lire la suite

Georges Perec, L.G., une aventure des années 60

La Ligne générale, coréalisé par Sergueï Eisenstein et Grigori Alexandrov, 1929

 

Entre 1959 et 1963, Georges Perec et quelques-uns de ses amis échafaudèrent longuement un projet de revue littéraire, baptisée La Ligne générale, en référence au film d’Eisenstein. Lire la suite